jeudi 24 avril 2008

Patrons et syndiqués, tous pour les clandestins!

Des clandestins se sont mis en grève dans la restauration. Les syndicats réclament leur régularisation. Fait nouveau, le patronat s'y met aussi et réclame la régularisation, arguant qu'il y a des métiers non pourvus dont les Français ne veulent pas.
Le problème est que trop de lycéens après avoir eu leur bac s'engouffrent dans des filières surchargées et sans débouchés. Après avoir eu leur diplôme, et ne trouvant pas de travail, ils refusent de s'abaisser à prendre ces emplois peu qualifiés et préfèrent vivoter au RMI. Il y a également la défaillance de l'Etat qui est incapable d'aider les entreprises à rencontrer et pouvoir embaucher les personnes dont elle a besoin.
Bref, ces salariés se sont mis en grève, et bien entendu le gouvernement s'est empressé de céder en demandant aux préfets d'envisager leur régularisation au cas par cas, en se basant sur un amendement que nous avions dénoncés, un amendement permettant au préfet de régulariser un clandestin employé.
Pour le "cas par cas", un exemple de la signification de cette expression est donné par l'exemple de Sangatte, où 231 personnes sur 238 (soit plus de 97%) furent régularisées.

Communiqués du MNR
Régularisation des clandestins : une mesure ahurissante

Bruno Mégret, président du MNR, estime que la mesure gouvernementale de régularisation des clandestins est ahurissante.

Elle consiste en effet à officialiser et donc à légitimer la faillite totale de notre système légal qui permet à un clandestin sans existence juridique, d’être légalement employé et de bénéficier de tous les avantages reconnus aux personnes en situation régulière.

Cette scandaleuse régularisation ouvre de surcroît une nouvelle voie d’immigration montrant ainsi que M. Sarkozy mène une politique aux antipodes de ses discours électoraux.





Le MNR soutient le rassemblement organisé par le FN contre la régularisation massive des clandestins

Le MNR apporte son soutien au rassemblement organisé par le Front national, vendredi 25 avril à 18 h 30, devant le siège de l’UMIH (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie), 22 rue d’Anjou – 75008 Paris, pour protester contre les patrons voyous qui demandent la régularisation massive des immigrés clandestins.

Le MNR invite ses adhérents et sympathisants à participer à ce rassemblement. Nicolas Bay, secrétaire général du MNR, y sera présent aux côtés de plusieurs membres du bureau national du mouvement.

1 commentaire:

BOGOMIR a dit…

Et dire que même en Russie il n'est pas illégal pour un patron de pratiquer la préférence nationale, et même régionale. Beaucoup le font, il suffit de lire les offres d'emploi sur les sites russes.