mardi 25 mars 2008

Vive l'école hors contrat!

Oui, l'école publique n'est qu'un moyen de laver le cerveau des élèves, à défaut de leur faire apprendre quelque chose d'intéressant. Voir ici un clip à vomir réalisé avec l'aide de la mairie, du responsable du collège et un certain Salah Nakib, "animateur" à la maison MJC Monnaie. Ce slam, bourré de fautes d'orthographe, nous vante le métissage, à grands coups de salades entre le "racisme", la discrimination anti handicapé, le sida, les anorexiques, les boulimiques, etc. Dans quelques années, on aura droit aux stages de rééducation style laogaï sous Mao ou séances d'autocritique au Cambodge, pardon, au Kampuchea démocratique sous les Khmers rouges.

4 commentaires:

BOGOMIR a dit…

Au train où vont les choses...
Il est à craindre que les écoles hors contrat ne soient plus autorisées dans le futur. Ou alors un moyen sera trouvé pour y imposer la même propagande.

Si les gens ne sont pas prêts à défendre leurs valeurs et leur identité, ils les perdront! Or, les résultats des élections présidentielles et législatives ne laissent guère de place à l'optimisme.

Pour changer du "rap":

Enfants Cosaques

Anonyme a dit…

Il n'y a pas que l'école républicaine qui prône les valeurs d'égalité et de laïcité qui protègent et préservent la mixité sociale de la France ! Les valeurs de notre République parlent d'égalité, de fraternité et de liberté ! Comment pouvez-vous vous réclamez d'un pays dont vous ne partagez pas les valeurs ? Comme direz quelqu'un que j'aime profondément : "la France tu l'aimes ou tu la quittes" ! Aujourd'hui la France c'est la mixité et protéger la cohésion sociale et la paix sociale passe par l'apprentissage dans nos écoles des valeurs républicaines liées aux réalités sociales et sociétales ! Et au passage c'est facile de ne diffuser que les commentaires qui abondent dans notre sens...
Je n'ai pas d'adresse de "blogger" donc pas de pseudo mais je signe : Emilie R.

webmasterMNR92 a dit…

Chère Emilie R, votre commentaire appelle de ma part quelques remarques:
Oui, la propagande socialo maçonnique en faveur de l'antiracisme, du métissage généralisé et du métissage ne se fait pas seulement à l'école, elle est hélas présente également dans les journaux, où on saoule jusqu'à l'écoeurement de cette propagande.
Et c'est bien cela que je n'apprécie pas.
Parlons-en, de ces valeurs!
Que veut dire la liberté? Liberté de s'exprimer? Gollnish et Le Pen ont été condamnés pour leur propos à de très lourdes amendes (que les propos soient complètement idiots ne change rien à l'affaire). Combien de fois ai-je dû supprimer un article que j'étais en train d'écrire, à cause des lois liberticides?
Liberté de manifester? Les manifestants pacifiques qui voulaient commémorer les morts du 11 septembre ont été arrêtés par la police.
Liberté d'embaucher? Vous refusez un Noir, vous avez le MRAP, SOS Racisme, et la Halde sur le dos.
Nous sommes dans une espèce de totalitarisme mollasson où nos pensées sont dictées par les medias et l'enseignement national, qui nous empêchent de réfléchir par nous-même en nous abreuvant de bêtises. Ce n'est pas un hasard si à l'école les élèves n'apprennent plus à lire! Ce n'est pas un hasard si nous avons une presse caniveau du genre Closer qui en première nouvelle nous indique les pensées profondes d'un certain Julien, de la Nouvelle Star, qui parle du jury de cette émission que je n'ai jamais regardée et que je ne regarderai jamais.
Où est-elle, la fraternité? Quand des gauchistes de l'UNEF sont agressés par des racailles banlieusardes immigrées, au point que Le Monde parle de racisme anti blanc? Il faudrait être capable de briser par soi-même cet embrigadement totalitaire que l'on nous fait subir. Apparemment, vous n'y êtes pas arrivé.
A ces mots creux et dénués de sens que sont "liberté", "égalité, "fraternité", je préfère le tryptique "travail, famille, patrie". Avant que vous hurliez au retour de la bête immonde, je précise que ce slogan vient du Colonel de la Rocque, président des Croix-de-Feu, légaliste (il refusa de faire le coup d'état du 6/02/1934), résistant durant la seconde guerre mondiale, et déporté ensuite en Allemagne où il mourut.
Ce tryptique vaut cent fois mieux à mon sens que la bouillie républicaine que vous nous servez, en parlant la novlangue "mixité, cohésion sociale", avec la perle:"la paix sociale passe par l'apprentissage dans nos écoles des valeurs républicaines liées aux réalités sociales et sociétales". Ce salmigondis n'a aucun sens.
Il suffit d'ailleurs de voir ce que donne la mixité: promenez-vous dans le département qui compte le plus de personnes d'origine immigrée, le 93, à deux heures du matin, et puis on en reparlera après, OK?
Avant-dernier point: je suis Français. J'aime profondément la France, son histoire, sa civilisation judéo chrétienne, son patrimoine. Je refuse que l'on réduise la France à la main jaune de SOS Racisme. Si j'étais un apatride internationaliste, oui, cela fait depuis longtemps que je serais parti. Mais je reste, parce que c'est mon pays, et je refuse de capituler et reconnaître ma défaite en partant. Je préfère travailler de l'intérieur, avec un certain succès.
Dernier point: j'écarte les commentaires en langue étrangère (bien souvent, des gens qui se contentent de faire de la pub pour leur blog dont je me fiche complètement), et les messages d'insultes. Mais je suis tout à fait ouvert à la publication de commentaires en dehors de ma ligne politique, pourvu que l'auteur soit pooli, pas méprisant, et qu'il y ait ne serait-ce qu'un soupçon de réflexion. On m'a également contacté par mail, et j'ai déjà procédé à des modifications de message d'après un mail que j'avais reçu.
En fait, je pense que la plupart des personnes qui ne partagent pas mes idées sont trop fatiguées pour écrire quelques lignes et se contentent d'aller voir ailleurs. Je fais la même chose quand je tombe sur un blog d'extrême gauche, je ne me fatigue pas (enfin dans 99% des cas) à poster ma désapprobation.

webmasterMNR92 a dit…

Si, une dernière chose: M. de Villiers (pour lequel j'ai voté) n'apprécierait sûrement pas vos salades. Le MPF a d'ailleurs conclu des accords électoraux avec le MNR, mais a préféré ensuite retourner servir de caution à l'UMP.