samedi 22 septembre 2007

Manifestation pour le respect du non

Compte rendu de la manifestation pour le respect du non au TCE le 29 mai 2005. Cette manifestation avait été organisée par le Collectif France Indépendance, rassemblant plusieurs petits mouvements: DLR Paris, Réconciliation Nationale, Confédération des Ecologistes Indépendants...
Nous étions un petit millier. De nombreuses banderoles étaient déployées, comme des banderoles DLR, FN, FNJ, Alliance pour la résistance Nationale, de nombreux drapeaux français également et quelques croix celtiques. Des personnalités avaient fait le déplacement, comme Jean Marie Le Pen, Bruno Mégret, ou Nicolas Bay. On remarquera avec étonnement l'absence de hauts cadres du MPF, ni Villiers, ni Peltier n'étant venu (même si des membres du MPF étaient là à titre personnel). Il n'y eut aucun accrochage entre les différents mouvements, chacun se respectant malgré les divergences, et conscient de l'importance de s'unir; espérons que cette union se concrétisera aux prochaines élections. La marche se fit de la Place d'Estienne d'Orves (à deux pas d'un café Royal Trinité orné de drapeaux de différents pays) à la place de l'Europe. Après une Marseillaise, la manifestation s'est dispersée peu à peu. Un grand merci à tous ceux qui ont fait l'effort de venir. Voir également le site du MNR pour supplément d'information.
Je mentionne en passant la manifestation du vendredi 19 octobre 2007 à 18 heures sur la Place des Victoires à Paris, à l'appel du collectif France Referendum. Encore une fois, le mot d'ordre de cette manifestation me paraît très peu pertinent, puisqu'il revient à considérer que l'on peut faire une croix sur les résultats du 29 mai 2005, alors que le mini traité est à 99% similaire au TCE rejeté en mai 2005. Un nouveau referendum est donc un déni de démocratie, une négation de la voix du peuple. S'il y a un nouveau referendum et que le résultat est non, qu'est-ce qui empêchera Sarkozy de refaire un referendum dans deux ans sur le même texte dont il aura changé trois virgules et deux alineas? Rien ni personne! Et à partir du moment où on aura cautionné le deuxième referendum, on ne pourra pas s'élever contre un troisième, un quatrième...jusqu'à ce que le texte passe.
Pour ma part, je pense que s'il y a referendum, le texte peut passer. Plusieurs raisons:
le talent d'illusioniste de Sarkozy qui a fait croire que ce texte était "mini" et que les problèmes étaient réglés.
La propagande médiatique qui soutiendra le texte
la vague de populairté de Sarkozy
la chute de l'extrême gauche
le déclin de la droite nationale
un certain fatalisme ou remords de l'électorat qui a voté non, du genre "cela passera donc autant voter oui" ou "on a bloqué le processus pendant deux ans, cela suffit, on va voter oui"
le fait que le PS n'aura aucune envie de s'écharper à nouveau et que les minoritaires nonistes risquent cette fois ci de se taire
l'action déterminée de tous les ouiouistes qui en 2005 n'avaient pas fait campagne au début en pensant que le texte passerait comme une lettre à la poste, et qui cette fois-ci essaieront de se rattraper.
D'où un nouveau referendum serait en fait une mauvaise chose. Imaginez qu'on l'accorde; le résultat final est "oui". Ceux qui avaient réclamé un referendum ne peuvent plus protester, seuls ceux qui se sont élevés contre la tentative d'imposition d'un texte similaire à 99% à un texte déjà rejeté pourront protester.
Je signale toutefois la manifestation, malgré ces réserves.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Dupont-Aignant n'était pas là me semble-t-il ?

webmasterMNR92 a dit…

D'après moi, si, M Dupont Aignan était bien là. Certes, il se peut que je me sois trompé (il est vrai que je n'ai pas l'habitude de le voir), mais franchement, je ne pense pas.

webmasterMNR92 a dit…

anonyme a apparemment raison; d'après une dépêche publiée par e-deo.net, M Dupont Aignan n'était pas là. Mes yeux ont donc été abusés. L'article a été corrigé. Merci anonyme.